28 juin 2011

La fin du monde: pour ou contre?

Oui enfin j'imagine que vous êtes plutôt contre. A moins d'avoir des tendances suicidaires, et dans ce cas-là, il vaut mieux consulter un psy plutôt que ce blog. BREF! La véritable question était donc: croyez-vous à la fin du monde pour 2012? Parce que depuis plusieurs années, on entend parler que de ça! Même Rihanna, Britney ou dernièrement Chris Brown & Justin Bieber poussent la chansonnette sur fond d'apocalypse (d'ailleurs, elle est à chier cette chanson, non?). 
Moi je n'y crois pas. Ou du moins pas pour tout de suite. Et puis, ce ne serait pas la première fois qu'une espèce disparaîtrait (oui, souvenez-vous les dinosaures. Petit Pied et tous les autres!). De toute façon, on verra bien quand on y sera. Et très franchement, on l'aura bien mérité, non?

Tout ce blabla était en fait une introduction pour vous parler de mes dernières lectures, qui tournent autour de ce sujet, et qui m'ont tenu en haleine du début à la fin.



Nous sommes en 2052, en plein Paris. La vie est bien différente de celle que l'on connaît actuellement et bien plus mécanisée encore (oui, c'est possible). Désormais, on peut se servir un verre de lait directement au robinet, entre l'eau chaude et l'eau froide. Au restaurant, on trouve un énorme morceau de viande sous cloche, qui se régénère à chaque fois qu'on en découpe un bout. L'agriculture ne connaît plus la crise: on arrive à faire pousser des légumes sans eau, sans lumière. Mais que se passe-t-il lorsque ce monde empli de technologies s'effondre? Les avions tombent du ciel, les voitures n'avancent plus, il n'y a plus d'électricité nulle part... La panique a raison de l'humanité. La violence et le crime s'emparent de la ville. C'est chacun pour soi, quitte à devoir manger son voisin pour survivre. Pour les survivants, il faut apprendre à se débrouiller sans outils. Le plus dur est de ne pas reproduire le même schéma. Celui qui a conduit l'humanité à sa perte. Ne pas remplacer l'effort par une machine. Mais est-ce vraiment possible?


Un couple de chercheurs est contacté par la Commission Européenne pour une mission urgente. Sans avoir plus d'informations, ils acceptent. Leur curiosité est bien trop importante pour refuser. La femme est envoyée seule, sur l'île de Fatu Hiva. L'homme, quant à lui, rejoint une équipe de scientifiques, tous plus mystérieux les uns que les autres, à l'Observatoire du Pic du Midi. Ce qui leur paraissait être une expérience palpitante et privilégiée tourne au cauchemar lorsque toutes les communications sont coupées. Dans un contexte où les catastrophes naturelles sont de plus en plus fréquentes et où le nombre de tueurs en série augmente de manière considérable, il y a de quoi se poser des questions. Surtout que les chercheurs n'obtiennent aucun indice quant à leur utilité dans cette mission. 
Utilisant de vraies statistiques, citant des théories d'Adam Smith ou encore de Charles Darwin (en bref, en s'appuyant sur des études réelles et concrètes), Maxime Chattam parvient à nous plonger dans l'horreur et l'angoisse d'une situation pas si absurde que ça. De plus, l'auteur présente d'une main de maître comment le désengagement de l'État ou encore la manipulation génétique peuvent conduire à des expériences râtées et dangereuses. Mais comme il le dit à la fin du livre, on peut toujours se rassurer en se disant que ce n'est qu'un roman... 
Je ne dévoilerai évidemment pas ce qu'est la théorie Gaïa, ce serait gâcher votre plaisir.

PS: Bientôt, un article mode un peu spécial... Je n'en dirai pas plus!

5 commentaires:

  1. la fin du monde a toujours inspiré les auteurs. Je crois plus en la fin d'un monde pour des raisons politiques,sociales,écologiques qu'en la fin du monde "version allumé des sectes" Mais çà ne fait pas peur. Le monde doit changer. Bien ton article.

    RépondreSupprimer
  2. Barjavel est mon auteur favori et Ravage est un de ses romans que j'ai préféré ^^

    RépondreSupprimer
  3. @NICOLE: Oui, c'est un sujet assez récurrent et ce depuis bien longtemps! Mais je suis d'accord avec toi: même pas peur! On a besoin de changement.

    @Satinelle: Oui, j'ai beaucoup aimé ce livre. Mais j'avoue que ce n'est que le premier que j'ai lu de Barjavel (#honteuse). Mais le prochain sur ma liste est "L'Enchanteur"!

    Bisous

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup Barjavel! Teste "La nuit des temps" aussi, il est extra (enfin ce n'est que mon avis).
    J'aime aussi beaucoup Maxime Chattam, mais je ne connaissais pas ce livre, tu me donnes envie de l'acheter tiens ;)

    RépondreSupprimer
  5. Et bien merci pour ton commentaire! Je vais le mettre sur ma liste de bouquins à acheter (c'est pas comme si j'en avais pas déjà une trentaine dessus...). J'espère que "La théorie Gaïa" te plaira autant qu'à moi!

    RépondreSupprimer